Certains des vêtements précédemment populaires ont été empruntés aux pays occidentaux. Surtout beaucoup d'entre eux sont apparus sous le règne de Pierre Ier. Ils ont déplacé des éléments du costume national russe de la noblesse. L'un de ces vêtements était une camisole - c'est une variante d'une veste portée sous un caftan. Au cours de son existence, il a subi de nombreuses modifications. Mais l'essentiel est resté - une camisole était portée sur une chemise sous un caftan ou à la place de celle-ci.

C'est quoi

Un type de vêtement pour hommes, joliment décoré à l'avant et sortant sous le caftan, est une camisole. C'est une veste ou un gilet long ajusté. Selon l'époque et la nationalité, le mot « caraco » appelle différentes options vestimentaires :

  1. Au début, c'était une veste jusqu'aux genoux. Il a été cousu ajusté, et large en bas. Les manches étaient généralement étroites, car elles portaient le produit sous le caftan.
  2. Du temps de Pierre Ier, c'était un vêtement militaire obligatoire. L'uniforme uniforme se composait d'un pantalon court, d'une camisole portée sur une chemise, fermée par tous les boutons. Un caftan déboutonné a été jeté d'en haut.
  3. Plus tard, le vêtement décrit a commencé à signifier un long gilet ajusté sans manches.
  4. Parmi les peuples d'Asie - Kazakhs, Tatars, Kirghizes - la camisole faisait partie non seulement des vêtements pour hommes, mais aussi des vêtements pour femmes. C'était un gilet sans manche ou à manches courtes, mi-cuisse, ajusté. Il était cousu de velours ou de brocart, il était toujours très lumineux et richement décoré. Les femmes le portaient sur une robe.

La camisole, qui faisait partie du costume noble, était cousue en tissu, satin, velours ou soie, selon la situation ou la saison.Habituellement, il était du même tissu que le caftan, constituant un ensemble. Comme la chose était rarement portée séparément, le dos était souvent en toile. Grâce à cela, la personne n'a pas transpiré. Parfois, il y avait un laçage dans le dos, il était resserré selon la figure afin que le produit soit serré, mais ne restreignait pas les mouvements.

Le caraco était un vêtement très lumineux. Comme sa partie avant dépassait sous le caftan, elle était richement décorée. Les éléments décoratifs suivants ont été utilisés :

  • broderie avec de la soie ou des paillettes;
  • galons de fil d'argent et d'or;
  • beaucoup de beaux boutons;
  • chenille - dentelle de soie duveteuse;
  • dentelle métallique.

Dans le costume national des Bachkirs et des Tatars, la camisole était décorée de fourrure, de plumes d'oiseaux, de perles, de pièces de monnaie.

Une telle chose pourrait être cousue à partir de tissu avec un motif imprimé. Parfois, il contrastait avec le caftan, de belles poches plaquées étaient également cousues au produit. Une camisole richement décorée faisait l'objet d'une tenue de fête ou de soirée. Pour chaque jour, il a été cousu à partir d'un tissu simple.

Historique de la création

De tels vêtements sont apparus en France au 17ème siècle. Du français, ce mot est traduit par "veste". La camisole s'est rapidement répandue et au XVIIIe siècle est devenue un élément indispensable du costume noble dans de nombreux pays européens. En Russie, ce vêtement est apparu grâce à Peter I.

A cette époque, le caraco était une veste cintrée à manches longues. Au début, ils étaient larges en bas et retroussés. Ensuite, ils sont devenus étroits, de sorte qu'il était plus facile de mettre un caftan d'en haut. Une telle veste était mi-cuisse ou mi-longue, s'étendant vers le bas. Ils l'ont mis sous un caftan, tandis que la partie avant avait l'air un peu, donc c'était joliment décoré.

Du fait qu'un tel caraco était porté avec d'autres choses (sous le caftan), il a changé. Le vêtement décrit est devenu plus court, a perdu la partie inférieure étendue sous la forme d'un péplum. Les manches ont également disparu. A partir de la fin du 18ème siècle, il a commencé à ressembler à un gilet. Il était également porté sous un caftan et était généralement cousu dans le même matériau.

Au XIXe siècle, sous Paul Ier, le caraco devient moins populaire, car ce roi interdit tout emprunt à la mode européenne. De vêtements nobles élégants, il s'est transformé en un gilet porté par les pauvres. Le style a également changé au fil du temps. Au début, cet article de garde-robe était sans col. De dessous, la partie supérieure de la chemise ou du jabot a été libérée. Il a ensuite acquis un col montant. Les étagères sont devenues courtes, souvent rendues triangulaires.

Dans la mode moderne

À la fin du 19e siècle, le caraco a complètement changé, puis est passé de mode. On pense qu'il est devenu le précurseur du gilet moderne. Le costume trois pièces pour homme, qui s'est répandu depuis le début du XXe siècle, reprend les tendances de l'époque où l'on portait un caraco sur la chemise et un caftan sur le dessus. Seuls ces vêtements se sont transformés en gilet et en veste.

Le gilet, contrairement au caraco, est devenu plus court. Il pouvait être non seulement ajusté, mais aussi large ; le produit n'était plus richement décoré. Le minimalisme et les couleurs sombres neutres sont à la mode.

Depuis le début du 20ème siècle, le mot "caraco" n'est plus utilisé, il est devenu historicisme.

Aujourd'hui, ce vêtement a été conservé dans un costume kazakh. Les vêtements nationaux pour femmes sont toujours populaires, dont l'élément principal est une camisole. Habituellement, il est rouge vif ou bleu, décoré de perles, de broderies, de fil d'or.

De nombreux créateurs pensent que la veste pour femme moderne est également issue de cet élément vestimentaire. Ses signes sont visibles dans les vestes allongées, les trenchs et les manteaux :

  • silhouette ajustée;
  • longue rangée de boutons ;
  • grandes poches plaquées;
  • étagères plus courtes que le dos.

Du 17e au 20e siècle, le caraco connaît des périodes de popularité et d'oubli, durant lesquelles il subit de nombreuses modifications. Ce mot n'est plus utilisé, mais la femme moderne les vestes ressemblent souvent à un vieux vêtement.

Vidéo

Photo

Catégorie: